Philippe Sabot

professeur des universités - Philosophie contemporaine et sciences humaines, Ethique et société, Philosophie et littérature, Genre et sexualités
CNU : SECTION 17 - PHILOSOPHIE
    Tél. 03.20.41.62.89
Bureau A3.386 Département de philosophie
Sur rendez-vous
philippe_sabot.jpg

Philippe Sabot

professeur des universités - Philosophie contemporaine et sciences humaines, Ethique et société, Philosophie et littérature, Genre et sexualités

Axes de recherche

Présentation de mes thématiques de recherche

Mes recherches se développent principalement autour des axes suivants : a. les relations entre philosophie et littérature ; b. la pensée de Michel Foucault ; c. le « post-gélianisme » ; d. éthique et politique. 

a. Philosophie et littérature.

Dans Philosophie et littérature. Approches et enjeux dune question (PUF, 2002), je montrais que les philosophes envisagent le plus souvent la littérature en vue dillustrer et de légitimer un propos philosophique. Pourtant, il me semblait souhaitable dinverser la perspective et d’envisager la manière dont les textes littéraires eux-mêmes, du fait de leur usage littéraire du langage et des ressources de la fiction quils mobilisent, sont susceptibles de faire penser les philosophes, en produisant donc sur la philosophie un certain nombre deffets spéculatifs.

Ce sont de tels effets que je me suis efforcé d’analyser dans une série d’études consacrées à des œuvres aussi différentes que celles de Villiers de lIsle-Adam, de Jarry, de Gide, de Queneau, de Mallarmé, de Harry Crews, de Cormac McCarthy ainsi que dans deux ouvrages. Dans Pratiques d’écriture, pratiques de pensée. Figures du sujet chez Breton/Éluard, Bataille et Leiris (PUS, 2001), j’ai développé le thème et la perspective dune « anthropologie littéraire » - cest-à-dire dune pratique littéraire du questionnement anthropologique, en marge du discours philosophique sur lhomme et en marge du discours des sciences humaines (de la sociologie, de lethnologie ou de la psychanalyse) tel quil se met en place au tournant du XXe siècle. Le second ouvrage, Littérature et guerres. Sartre, Malraux, Simon (PUF, 2010), prolonge cette démarche en mettant au jour les effets de lécriture de la guerre sur certaines repsentations figées issues de différents courants de la philosophie de lhistoire.

Sur ces questions, j’ai co-dirigé avec E. Le Jallé un dossier de la revue Methodos (n°15/2015) consacré à « Philosophie/littérature : savoirs, textes et pratiques ». Une journée d’études sur le thème « Pertinence et impertinence morale de la littérature » a également eu lieu à Lille en février 2018 (co-organisée avec Éléonore Le Jallé). J’ai également organisé une autre journée d’études sur le thème de la lecture entre philosophie et littérature) en février 2018. À la suite de cette journée d’études, je coordonne, avec Bernard Sève, un dossier « Lire » de la revue Methodos (n°20/2020), en préparation.

b. Ces recherches concernant la dimension ou la fonction critique de la littérature sinscrivent sous lhorizon des travaux que je consacre depuis une vingtaine dannées à la pensée de Michel Foucault.

En particulier, ma lecture des Mots et les choses (Lire Les Mots et les choses de Michel Foucault, PUF, 2006 ; rééd. 2013et Le me et lordre. Michel Foucault et le savoir à lâge classique, ENS-Éditions, 2015) montre comment Foucault assigne à la littérature, ou du moins à certaines œuvres singulières (celles de Cervantès, de Sade, de Borgès, de Mallarmé, de Roussel, dArtaud ou de Blanchot) la fonction proprement « archéologique » de rendre manifeste un écart interne à la formation du savoir à laquelle elles appartiennent, et de pparer par là la possibilité dune recomposition historique de lordre du savoir.

Cette intrication de lexpérience littéraire et de l’archéologie du savoir s’est trouvée également au cœur du travail que j’ai mené dans le cadre de lédition des Œuvres complètes de Michel Foucault dans la Bibliothèque de la Pléiade (sous la direction de Frédéric Gros, 2015) : j’ai eu en charge les notices et les annotations de Raymond Roussel, des Mots et les choses et de La Pensée du dehors (sur Blanchot). Depuis 2017, je participe au projet ANR « Foucault Fiches de lecture » (porté par l’ENS-LSH) qui porte sur l’exploitation scientifique du Fonds d’archives Foucault en dépôt à la BnF depuis 2013. Ce travail sur les « archives Foucault » se traduit également par un projet éditorial collectif important portant sur les « Cours et travaux de Michel Foucault » avant le Collège de France : édition critique en préparation de « Phénoménologie et psychologie » (1953-1954 : manuscrit consacré à Husserl) et du cours de Sao Paulo (1965 : cours préparatoire à la publication des Mots et les choses).

En 2019, ce travail éditorial s’accompagne d’un séminaire de recherche que j’organise au sein de l’UMR STL, et qui est consacré à « Phénoménologie, psychologie, psychanalyse chez Foucault dans les années 1950 » (https://stl.univ-lille.fr/lagenda/agenda/seminaire-foucault-dans-les-annees-1950-1/).  

Ce travail consacré à la pensée de Foucault s’est développé non seulement à travers des communications dans des colloques internationaux, à travers des publications, mais aussi dans le cadre collectif de lorganisation à Lille de plusieurs journées d’études consacrées Michel Foucault (2005, 2010, 2012). Certains des travaux issus de ces journées d’études ont été publiés dans Michel Foucault. A lépreuve du pouvoir (PUS, 2013).

Entre 2012 et 2015, j’ai animé également un séminaire de recherche mensuel, « Avec Foucault », qui a rassemblé des étudiants de Master 2, des doctorants et des enseignants-chercheurs (philosophes, sociologues, psychologues) travaillant sur ou avec Foucault.

Entre 2015 et 2017, avec Guillaume le Blanc, Daniele Lorenzini, Ariane Revel et Arianna Sforzini, nous avons conçu un séminaire tournant (Lille – Paris 12) sur « Foucault et la question sociale ».

Ce développement de mes activités autour et à partir de Foucault m’ont conduit à développer un réseau international « Travailler avec Foucault : approches contemporaines » (TaFac) (Lille, Curitiba –Parana, Brésil), actif depuis 2017 (1 séminaire organisé à Curitiba en novembre 2017, 1 colloque organisé à Lille en mars 2018, 1 nouveau colloque est en préparation pour l’automne 2019 sur le thème « Vie et pouvoir ») ; accueil de 3 doctorantes brésiliennes en séjour de recherche en 2018-2019). Les Actes du colloque international « Discours et politiques de l’identité - avec et d’après Foucault »  (mars 2018 : https://avecfoucault.hypotheses.org/50) doivent paraître en 2019.

Un projet CAPES-COFECUB (Campus France) est en préparation pour développer ce réseau : y seront associés des collègues de Paris 8, de Warwick University et de Buenos Aires (UBA).

Par ailleurs, à l’appui de ces échanges et de ces réseaux, je préside le Centre Michel Foucault depuis janvier 2017.

c. Un autre aspect de mes recherches concerne le « post-hégélianisme », envisagé notamment dans le cadre général dune histoire philosophique et littéraire de lhégélianisme.

Mes recherches dans ce domaine se sont développées en particulier dans le cadre dun séminaire de recherche que j’ai organisé pendant 3 ans à lUMR STL de Lille 3 : « Hegel en France » (2009-2012). Il sagissait délaborer une histoire de lhégélianisme à la française, pour la période qui sétend de 1830 à 1945 environ, et dinsister sur la varié des usages et des appropriations de Hegel non seulement chez des écrivains, mais aussi chez des penseurs (Proudhon, Wahl, Eric Weil) et des traducteurs-commentateurs (Cousin, Vera, Kojève, Hyppolite).

Je me suis également penc sur lhistoire philosophique du post-hégélianisme en Allemagne, en particulier dans la séquence historique et thématique qui conduit de Hegel au « Jeune Marx » en passant par Feuerbach et Stirner. J’avais proposé en 2000 une nouvelle traduction et un commentaire de la seconde partie de lintroduction à LEssence  du  Christianisme  (Ellipses, 2000). J’ai également organisé à Lille 3 en 2005 un colloque sur le thème « Héritages de Feuerbach » dont les Actes ont é publiés en 2008. Ce colloque avait pour objet dune part de clarifier le rapport de Feuerbach à lidéalisme allemand, d’autre part dévaluer la persistance de certaines thématiques feuerbachiennes (l’aliénation, le renversement, lanthropologie) dans le champ de la philosophie contemporaine (Blumenberg, Sartre, Debord…). J’ai contribué dans cette perspective au Dictionnaire des faits religieux (PUF, 2010), avec une notice sur Feuerbach; un article sur « Marx et Stirner : de la question de la propriété à la question sociale » sera publié prochainement dans les Actes d’un colloque international consacré à La réalisation de la philosophie à l’époque du Vormärz (PUS, 2019).

d. Un dernier pan de mes recherches concerne les relations entre éthique et politique, envisagées au prisme de questionnements sur le genre ou les vulnérabilités.

Les recherches menées sur lhistoire philosophique de lhégélianisme mont conduit à mintéresser de ps aux premiers travaux de Judith Butler qui ont pris comme fil rouge les transformations du paradigme hégélien du désir et de la reconnaissance. La traduction de la thèse de Judith Butler Sujets du désir. Réflexions hégéliennes en France au XXe  siècle (PUF, 2011) sinscrit dans ce cadre, ainsi que la traduction récente d’un dialogue entre Judith Butler, Ernesto Laclau et Slavoj Zizek (Après l’émancipation. Trois voix pour penser la gauche, Seuil, 2017) – où est débattue notamment la question du statut politique de l’universel.

Ce travail de traduction a trouvé des prolongements dans d’autres recherches menées à partir des travaux plus récents de Judith Butler consacrés à la « reconnaissabilité » et à la vulnérabilité de lhumain (en relation avec les thématiques conjointes de la violence, de la guerre et du deuil). Mes recherches actuelles me conduisent ainsi à mettre en relation, dans le cadre général des études de genre, la pensée de Butler et la pensée éthique et politique de Michel Foucault (via un questionnement sur la fabrique du sujet sexuel ou sur le rapport entre pouvoir, désir, sujet et normes).

Un ouvrage sur ces questions, intitulé Relations, est à paraître chez Vrin début 2020. Seront intégrés à cet ouvrage une analyse du passage d’un schème politique à un schème éthique de la relation ainsi qu’un questionnement sur les rapports entre éthique et politique de la vulnérabilité, développés à partir d’une « clinique sociale » (elle-même articulée à une critique sociale) et aussi à partir de ce que j’appelle une « clinique environnementale » (étudiée à partir de l’éthique environnementale et de la littérature).

Liste des thèses dirigées (soutenues ou en cours) par Philippe Sabot (depuis 2013)

10 thèses soutenues depuis 2013
6 thèses en cours : 4 en direction unique, 3 en co-direction ou co-tutelle
7 sont inscrites à l’ED-SHS (dont la thèse en co-tutelle avec Namur).
Liste des thèses en cours 
Encadrement à 100%
- François COADOU : « L’idée de dépassement de l’art chez Guy Debord » (inscription en 2013).
- Jean-Christophe GÉRARD : « Figures du lecteur accompli selon Nietzsche : ses usages chez Deleuze, Derrida et Foucault » (inscription en 2017).
- Kivilcim ILBASI (inscription en 2017).
- Marion FARGE (Contrat doctoral ENS) : « Critiques de la psychanalyse chez Deleuze, Guatarri et Foucault » (inscription en 2018).
Co-encadrement doctoral (co-directions, co-tutelles)
- Loreline COURRET (Contrat doctoral U. Toulouse 2) : « De Blanchot à Deleuze et Guattari, la pensée en tension. Pour une théorie intensive de la littérature » (inscription en 2015) (Co-direction G. Sibertin-Blanc, U. Toulouse 2) – encadrement à 50%.
- Amaury DELVAUX (Contrat doctoral FNRS, U. Namur) : « Biopolitique et déconstruction : Foucault-Derrida au prisme du pouvoir » (inscription en 2015) (co-tutelle S. Laoureux, U. Namur) – encadrement à 50%.
- Lucie FABRY (Contrat doctoral ENS) : « Mathématisation et formalisation dans les sciences humaines et sociales, 1950-1975 : Un débat philosophique à partir de Claude Lévi-Strauss » (inscription en 2016) (Co-direction avec Sophie Roux, ENS-Paris) – encadrement à 50%.
 
 Liste des thèses soutenues
- Karine BOCQUET: « La notion de pratique chez Foucault » (encadrement : 100%). 2013
- Florence GRAVAS: « Mimesis, narrativité, expressivité : le cinéma face au réel » (encadrement: 100%). 2014
- Denis CAZES : « Le corps agrandi. Transmission et transformation d'une idée de l'homme comme image à travers la philosophie biologique française de la technique » (encadrement 100%). 2014
- Chunming WANG : « Souveraineté et liberté. L’enjeu de l’expérience chez Sartre et Bataille » (encadrement : 100%). 2015
- Gautier DASSONNEVILLE : « La notion de  « magique »  chez  Sartre :  entre philosophie  et anthropologie » (1ère  inscription en octobre 2011) [Thèse en co-tutelle avec l’Université de Liège : Prof. Grégory Cormann] – encadrement à 50%. 2016
- Stéphane ZYGART : « La réadaptation et les normes médico-sociales » (encadrement 75%) [Co-direction : Guillaume le Blanc, PR U. Paris-Est-Créteil]. 2016
- Mélanie DIOBA : « Interprétation et croyance. Le sens de la religion chez Ludwig Feuerbach ». Encadrement à 50% [Co-direction : Christian Berner, PR U. Paris-Ouest-Nanterre]. 2018
- Nicola APICELLA : « Bataille et Kojève : la blessure de l’histoire » (encadrement à 50%) [Co-Directrice de thèse : Perrine Simon-Nahum, DR, EHESS). 2018
- Ivan Ponton : « Les généalogies foucaldiennes » (encadrement à 100%). 2018
- Yudai SHIMIZU (Japon): « La technique et l’être chez Michel  Foucault »  (inscription en 2012). 2019

 

Participation à des jurys de thèse ou d'HDR