Communications

- Participation au séminaire "Parlons peu, parlons thèse" : présentation et analyse d'un corpus le 03/05/2021 (lettres, adresses, pétitions conservées aux archives du Comité des dons patriotiques  ; D/XXXIV/1-8, Archives nationales).

- Exposé et débat lors de la 2e journée d'études du Pôle 2 "Pouvoirs, normes, conflits", IRHiS - Ulille, le 15/10/2021 : à 14 h. "Réticenses à l'impôt, refus de contribution, XVIII e - XX e s." avec Béatrice Touchelay.

- Intervention lors de la Journée d'Etudes "Utiliser ses recherches historiques dans les cours du secondaire" (organisée par l'IRHiS / APHG)  le 25/10/2021 à 13 h 15 : présentation d'une étude de cas en classe de 4e sur un fait révolutionnaire oublié, le don des "illustres Françoises" (07/09/1789) à l'Assemblée nationale.

- Participation au séminaire "Thèse à thèse" (laboratoire IRHiS) : "An II : point sur les recherches, problématique probable et amorce de plan" le 11/04/2022.

Citation : "L'Enfer vomit les Rois ; la Raison les détruit."

(Catéchisme républicain ; suivi de Maximes de morale républicaine, propre à l'éducation des enfants de l'un ou de l'autre sexe, par le citoyen Poitevin, Paris, chez Millet, 1793, p. 1) 

 

Résumé de l'Appel à communication :

 Le républicanisme est une notion polysémique qui, malgré son saisissement par la Révolution française, est demeurée mouvante au gré des différents régimes qui y ont été confrontés, républicains ou non, en France et à l'étranger. Pour comprendre toute la portée de cette notion auprès des individus entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XXe siècle, il est essentiel d’étudier le sentiment républicain à travers les itinéraires individuels ou collectifs, entre attachement ostensible ou refus manifeste. Être ou devenir républicain implique en particulier une volonté personnelle liée à des mutations aussi bien institutionnelles qu’intimes. Les manifestations d’opposition se réclamant de différentes tendances, sont aussi suscitées par des convictions souvent profondes. L’objectif de deux journées d’étude complémentaires, organisées à Rouen et à Lille, est bien d’identifier les signes de l’adhésion ou non à la République, mais également d’analyser les stratégies mises en œuvre pour diffuser ou tenter d’endiguer le républicanisme. Ces ressorts peuvent reposer, d’une part, sur le mouvement populaire, les activistes politiques et l’éducation, et d’autre part, sur la législation et la coercition.

Dernières actualités