Comment faire face à une fausse information ? Comment corriger un énoncé ou une donnée qui ne correspond pas à l'état du monde ?

L'usage volontaire du faux à des fins manipulatoires s'accroît aujourd'hui. Pour cause, le développement des technologies, des réseaux sociaux et outils numériques créent un terrain de jeu propice aux fausses informations.

Ce constat est d'autant plus problématique qu'il ne suffit pas de réfuter une fausse information pour qu'elle soit évincée de l'esprit de son récepteur. En d'autres termes, une fausse information persiste dans les jugements et les décisions, même quand il est su qu'elle n'est pas vraie (Johnson et Seifert, 1994).

Les armées sont particulièrement sensibles à cette problématique. Premièrement, puisque les attaques informationnelles qu'elles peuvent subir sont réelles. Deuxièmement, parce que, eu égard au caractère majeur des conséquences qui découlent des choix qui y sont pris, elles se doivent d'avoir une capacité de prise de décision qui soit la moins biaisée possible.

C'est pourquoi il importe d'être en mesure de restreindre la persistance des fausses informations dans un contexte militaire. Le but de cette thèse consiste alors à chercher des moyens de rétablir le vrai lorsqu'il a été blessé.


Dernières actualités