Les politiques internationales du "post-conflit"

Dans le cadre d'une réflexion portant que les interventions du "post-conflit", je mène une recherche sur les politiques publiques internationales de la terre en Côte d’Ivoire. Cette recherche est intégrée à un projet A.N.R., coordonné par Jacobo Grajales, portant sur les capitalismes agraires de post-guerre en Colombie et Côte d’Ivoire (PWACCOP). En particulier, j’interroge la manière dont les catégories d’action du « post-conflit » et du « développement », diffusées par les acteurs internationaux, imprègnent la production des politiques foncières ivoiriennes. A l'échelle locale, je mène actuellement une enquête sur les mobilisations de femmes autour des enjeux liés à la terre dans l'est de la Côte d'Ivoire, et leurs rapports aux ressources internationales. Plusieurs enquêtes ont été menées à Abidjan et dans le Sud-Comoé en novembre 2017, juillet et novembre 2019.

Cette réflexion est articulée à une recherche plus ancienne, découlant de mon travail doctoral, sur le contexte burundais d'intervention. En particulier, à l'approche des élections de 2015, la définition de la situation burundaise (comme relevant du « post-conflit », du « développement », d’une « crise ») apparaissait à la fois comme un puissant moyen d’intervention pour les acteurs internationaux et comme un outil politique au service des stratégies d’exercice ou de contestation du pouvoir des élites politiques burundaises.

J'ai communiqué plusieurs fois sur ce sujet, lors de la 56e convention de l’International Studies Association en janvier 2015, du Contemporary Burundian Studies symposium organisé à Ghent en octobre 2015, et plus récemment à l’Oxford Central African Forum de l'Université d'Oxford fin 2017.

Production des savoirs sur le genre au Sud

J’explore les processus de co-production des savoirs sur le genre dans les pays du Sud à partir du rôle joué par les organisations internationales et les ONG. L’enjeu est d’interroger les croisements des logiques militantes, institutionnelles et savantes ; nationale, internationale et transnationale de cette co-production, en particulier en Afrique sub-saharienne francophone. 

Cette réflexion a alimenté l’organisation d’un Colloque international en mars 2019 intitulé « Fabrique et circulation du genre dans les pays du Sud », en collaboration avec Emmanuelle Bouilly et Virginie Dutoya.

Un séminaire sur cette thématique aura lieu à l'EHESS à partir de janvier 2020.