Laurent Bazin

CHARGE DE RECHERCHE EPST - Anthropologie
Chercheur en accueil au CESSMA
laurent_bazin.jpg

Laurent Bazin

CHARGE DE RECHERCHE EPST - Anthropologie

Parcours

Chargé de recherches au CNRS depuis 1999, au Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ, UMR 8019 CNRS, Université de Lille). Chercheur associé à différentes unités de recherche de l’IRD depuis 1991. Membre du CESSMA depuis 2014 dans le cadre d’une convention d'accueil à l’IRD. 2014-2015 : affectation à la faculté de sciences sociales de l’Université d’Oran 2 (Laboratoire DYNURES : Dynamiques urbaines et évolution sociale en Algérie). Depuis 2018, membre de l'Institut Universitaire du Sud (Univ-Sud), Jacqueville, Côte d'Ivoire.

Depuis 2016, travail de recherche collaboratif mené à partir de l'écriture du récit autobiographique de Moha : Le retour du refoulé. Exploration d'une écriture numérique et de formes d'écritures collaboratives science/art dans un cadre associatif. Formes contemporaines d'oppression, d'exclusion, de production de l'étranger. La réactualisation du conflit colonial dans le présent, et son importance pour la compréhension de la société présente.

Depuis 2011, programme de recherche sur le travail et le logement en Algérie dans le cadre initial du projet ANR-10-Suds-010-01 CRITERES (Crises — Travail, emploi, revenus dans les pays du Sud, coordination Pascale Absi, IRD-CESSMA) ; collaboration avec le laboratoire DYNURES de l'université d'Oran 2. Principaux axes de revendication, le travail et le logement comme analyseurs de la trajectoire de l'État et de la conflictualité politique. La réactualisation du conflit colonial dans le présent, et son importance dans le genèse du "gouvernement par décret" (Hannah Arrendt) qui caractérise le système politique algérien contemporain.

2003-2009 : Programme de recherche sur les transformations du travail en Ouzbékistan, en collaboration avec Monique Selim et Bernard Hours (IRD). Accueil à l’Institut français d’étude de l’Asie centrale (IFEAC), financement IRD. Emergence d'un nouveau prolétariat et retraditionnalisation de la société. Une dictature de l'identité nationale en contexte postsocialiste : le travail devenu une souillure, et la dépense consacrée au renforcement des structures conservatrices et autoritaires de la parenté.

• 2000-2002 : Recherche ethnologique portant sur une municipalité de l’ex-bassin minier du Pas-de-Calais (France). Transformations et contradictions internes du parti communiste. Le marché comme technique de pouvoir non suffisante, complété par le renforcement des dispositifs de surveillance et de contrôle. Les phénomènes de patrimonialisation comme effets du marché et de la financiarisation.

1991-1997 : Recherches doctorales réalisées dans le cadre de l’IRD portant sur l’analyse des rapports de travail dans une entreprise industrielle de Côte d’Ivoire. DEA en 1992 ; thèse d’anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS, soutenue en 1997. Analyse de l'articulation des rapports de travail, du politique, de la parenté ; mobilisation de l'imaginaire colonial dans la réinterprétation des dominations internes et externes du présent (période des ajustements structurels).