Mobilité professionnelle et segmentation du marché du travail

Etudier la segmentation du marché du travail c’est comprendre la diversité des pratiques de gestion de l’emploi des entreprises et ses conséquences sur les mobilités des salariés. Née dans les années 1970, cette théorie a mis en exergue l’existence de stratégies de « marché interne » de la part de certaines entreprises qui ont pour conséquence l’émergence de segments de mobilités différenciés pour les salariés, selon qu’ils ont accès ou non à ces marchés internes.

Un premier angle d’analyse consiste à comprendre les contours, les causes et la dynamique de cette segmentation du marché du travail, d’un point de vue théorique et empirique.

  • Voir : Amossé, Bryson, Forth et Petit (2016), Forth, Petit et Salibekyan (2016), Petit (2012), Petit (2008), Michon et Petit (2007), Gazier et Petit (2007), Lemière, Perraudin et Petit (2003), Petit (2003).

Un second angle d’analyse se focalise sur l’analyse des mobilités professionnelles, leur dynamique et leurs causes.

  • Voir Duhautois, Gilles, Petit (2016), Duhautois et Petit (2015), Amossé, Perraudin, Petit (2012), Duhautois, Rémillon, Petit (2012) Amossé, Perraudin, Petit (2009).

Stratégies de gestion de l’emploi et contexte productif

Les pratiques de gestion de l’emploi sont le fruit de choix contraints. Ce sont ces contraintes, liée au contexte productif et financier de l’entreprise que j’analyse dans ce second axe.

Certains de mes travaux considèrent l’impact du contexte productif sur la gestion de l’emploi d’un point de vu transversal (Petit et Thévenot (2006), Perraudin, Petit, Rebérioux, Thèvenot et Valentin (2008)) mais la plupart se focalise sur un élément de contexte en particulier :

Impact de la cotation en bourse.

  • Voir : Perraudin, Petit et Rebérioux (2013), Conway, Deakin, Konzelman, Petit, Rebérioux et Wilkinson, 2008, Perraudin, Petit et Rebérioux (2008)

Impact de la position de sous-traitant.

  • Voir : Perraudin, Petit, Thèvenot, Tinel et Valentin (2014)

Impact de la position de filiale de groupe.

  • Voir : Duhautois et Petit (2013).

Relations professionnelles

Les relations professionnelles sont les relations collectives de travail, mobilisant syndicats et organisations patronales. Elles prennent corps lors des négociations collectives. En France, la négociation collective a lieu à plusieurs niveaux et une grande partie de mes travaux portent sur l’articulation des niveaux branches entreprises.

  • Voir Castel, Delahaie, Petit, (2011, 2012, 2013, 2014 et 2015)

J’ai également travaillé sur les conséquences de la négociation collective sur les choix en matière de gestion de l’emploi (Amossé, Askenazy, Chevalier, Erhel, Petit, Rebérioux, 2019) et l’analyse des comportements d’affiliation aux organisations patronales (Amossé et Petit, 2011).