HELENE CHERONNET CHERONNET HELENE

CHARGE DE RECHERCHE EPST
CNU : SECTION 19 - SOCIOLOGIE, DEMOGRAPHIE
helene_cheronnet.jpg

HELENE CHERONNET CHERONNET HELENE

CHARGE DE RECHERCHE EPST

Axes de recherche

  • Action publique et groupes professionnels

  • Déviance et contrôle social

CARRIERES DELINQUANTES ET PARCOURS DE JEUNES EN INSTITUTIONS

Depuis 2012, je m’intéresse à la question du parcours des jeunes délinquants. Ce d’abord, dans le cadre de l’ANR Space controll (Logiques et dynamiques du contrôle socio-spatial en France et au Brésil) cordonné par Dominique Duprez, directeur de recherche, CNRS. Il était question de saisir des parcours du jeune par les prismes du processus pénal, de la carrière délinquante et d’une analyse biographique. Je suis parvenue à une première typologie exploratoire. (Chéronnet, 2015) qui rejoint celle établie par Laurent Mucchielli (2015).

      La recherche que je termine actuellement « Parcours de jeunes en institution et carrières délinquantes » permettra de documenter la mise en œuvre des politiques publiques concourant à la fabrication des parcours et des analyses fines de parcours de jeunes délinquants, dans les cadres civil et pénal, par la constitution de frises biographiques. Ces dernières étant élaborées à partir de matériaux croisés (analyse de rapports éducatifs, entretiens avec l’éducateur d’UEMO et le jeune concerné par la mesure). En conjuguant les apports de la sociologie des carrières et celles des parcours, l’accent est mis à la fois sur des acteurs de la désignation (juge des enfants, travailleurs sociaux etc.) et sur l’engagement du jeune dans son parcours. Ceci nous a permis de porter l’attention sur des moments forts des parcours tels que la rupture biographique ou encore les processus de désengagement de la délinquance.

SANTE MENTALE CONNAISSANCES ET POLITIQUES

Dans le cadre du programme européen Know and Pol, qui s’intéresse au rôle des connaissances dans la construction et la régulation des politiques  d’Education et de santé en France et en Europe, j’ai rédigé, en avril 2007, un chapitre d’un rapport double (équipe Education Belgique, équipe Santé-France-CLERSE-LEST- Centre collaborateur de l'organisation mondiale de la santé. Celui-ci a servi de cadrage théorique à l’ensemble de la recherche. Ce programme était coordonné par Lise Demailly pour le CLERSE et Philippe Mosse pour le LEST.

Dans ce rapport, j'ai examiné le rôle de la science dans la prise de décision politique et par conséquent les rapports qu’entretiennent le pouvoir politique et le savoir scientifique. Plus précisément, il s’agissait d’examiner les modalités de conjonction entre la science et la politique et leurs effets sur les processus de décision relevant de l’Action publique. Ce, dans la mesure où le recours à l’expertise et à la science constitue l’une des caractéristiques principales de la gouvernance contemporaine. On a cherché à questionner les modalités selon lesquelles la science entre en politique ainsi que ses effets sur les référentiels de l’Action publique ? 


L'approche s’est inscrite dans le cadre du renouvellement de la sociologie des sciences en référence au modèle constructiviste de la sociologie de la traduction de Bruno Latour et au modèle critique de la sociologie de la réflexivité de Pierre Bourdieu.

Ce programme européen m’a permis de développer un axe de recherche inscrit dans la sociologie de l’action publique et ce, notamment en observant le processus politique de territorialisation de la santé mentale et en décrivant la régulation multi-niveau de cette action publique. Cf. Rapport en co-rédaction avec Lise Demailly et Philippe Mosse (2009) et deux chapitres dans des ouvrages collectifs. (2012,2013).

Ce programme m’a permis de poursuivre la réflexion engagée sur la question des référentiels des politiques publiques et leurs effets sur les professions. Je me suis intéressée aux directeurs d’hôpitaux et aux connaissances mobilisées dans l’action de diriger, située à l’interface d’une logique régionale et de la défense des spécificités locales. Je me suis également intéressée aux médecins chef de secteur pour mettre en évidence les connaissances mobilisées dans l’exercice professionnel (leurs formes, leurs contenus, leurs origines, leurs finalités) et les modalités selon lesquelles ces connaissances scindaient le groupe professionnel entre praticien se référant à la psychiatrie et ceux s’inscrivant dans une démarche plus sociale et politique, tout en n’excluant pas le côté médical, et relevant de la santé mentale.

 

Je me suis également intéressée au champ de la santé mentale, dans le cadre d'une étude qui s'appuyait sur une démarche méthodologique et une collaboration entre des enseignants chercheurs du CLERSE et des patriciens du secteur de pédopsychiatrie. Ceci pour observer l'appropriation d'un équipement en santé mentale par ses usagers, ses professionnels et ses partenaires dans un secteur de pédopsychiatrie. 

De septembre 2006 à janvier 2007, j'ai été chargée de l’animation de l’équipe de chercheurs et de praticiens.

 


STATUT DE CADRE ET CULTURE DE METIER

La question de la professionnalisation de l’activité de l’encadrement a donc guidé l’ensemble de mes travaux, mais je l’ai inscrite dans le cadre plus large de la sociologie du travail et de la sociologie des politiques publiques. L’objet de la thèse (2004)présentait au moins deux intérêts pour la sociologie :

-         C elui de proposer un apport à la sociologie des groupes professionnels, et plus particulièrement des cadres, dans un domaine qui jusqu’à présent n’avait été que très peu exploré.

 

-         Celui d’envisager les modalités selon lesquelles se transforment, sous la contrainte des orientations libérales des politiques publiques, le travail d’encadrement de professionnels qui réalisent une activité d’aide aux personnes.

Un ouvrage intitulé Statut de cadre et culture de métier  a été tiré de la thèse.  4 chapitres ont également été publiés dans des ouvrages collectifs ainsi qu’un article dans une revue à comité de lecture. 

 

 J’ai poursuivi cette réflexion, dans le cadre d’un projet émergent intitulé Normes, Professionnalités, organisations, en m’intéressant aux évolutions d’une administration publique, la Protection judiciaire de la jeunesse, à l’épreuve de la nouvelle gestion publique (2011-2014).