L’essentiel de mes recherches est consacrée à la prosodie des langues bantu, et tout particulièrement à celle du shingazidja (langue des Comores). Je m’intéresse plus particulièrement aux phénomènes d’interface prosodie-syntaxe et/ou prosodie-structure informationnelle, notamment lorsqu’ils interviennent au sein de structures peu étudiées pour cette famille de langues (appositions, structures avec ellipse, dislocations, etc.), et, depuis peu, aux phénomènes d’interface tons-intonation. Mes analyses s’appuient sur des représentations autosegmentales et, le plus souvent, s’inscrivent dans le cadre de la Théorie de l’Optimalité.

Au-delà de ces questions, mes thématiques de recherche s’étendent dans différentes directions, allant de l’examen de points particuliers de la prosodie du français à l’analyse de phénomènes segmentaux (résolution des hiatus en shingazidja, distribution des liquides, etc.), en passant par des discussions théoriques d’objets phonologiques donnés (ex. traits tonals).