Si la présence du handicap dans l’histoire peut sembler un invariant, il n’en est pas de même de sa perception. En se penchant sur les sources qui permettent d’aborder une telle question, on remarque très vite qu’en dehors des restes osseux, que seul le regard d’un anthropologue peut faire parler, l’historien est confronté à une subjectivité qu’il ne peut ignorer. Saisir cette subjectivité permet de rendre la perception du handicap et la condition des êtres qui en sont atteints au sein d’une société donnée. Le regard de l’autre est l’élément qui conditionne l’existence d’un individu dans les sociétés anciennes, sa capacité à être pleinement un homme, notamment pour un citoyen romain, de sa naissance à sa mort. Dès lors, la répugnance prêtée à la société romaine pour les atteintes au corps semble être la condition de l’inclusion ou de l’exclusion des individus dans le corps social, ce qui n’est pas sans incidences, car « l’œil du spectateur » n’est pas un simple vecteur de préjugés mais peut donner lieu à des définitions juridiques avec des répercussions politiques, sociales et religieuses. Le but de ce livre est d’étudier, en associant à la fois approche historique et démarche anthropologique, à partir d’un large dépouillement de la documentation littéraire et archéologique, les perceptions et représentations de l’atteinte corporelle du Ier s. avant n. è. au IVe s. n. è. et leurs évolutions. Il s’agit de dépeindre comment furent considérées et assistées les personnes concernées, à Rome et dans le monde romain, au travers de problématiques qui, pour certaines, sont toujours d’une saisissante actualité dans les sociétés contemporaines.

Dernières actualités