Membre de l'Irhis, historien de la régulation sociale et d’une approche socio-politique de l’État, je me spécialise au sein de divers laboratoires en Belgique (Centre d'histoire du droit et de la Justice, UCLouvain), en France et aux Pays-Bas (Lectoraat Politiegeschiedenis, Académie de Police d'Apeldoorn) , dans la compréhension et l’analyse de l’exercice de la justice et des pratiques sécuritaires. J’analyse ainsi les réalités socio-politiques qui en découlent, à l’échelle de l’Europe du Nord-Ouest sur le long vingtième siècle.

L'articulation de mon parcours peut être résumé dans l'intitulé « sociétés et sécurités ». Ce parcours s’est décliné selon trois grands axes, entre recherches individuelles et projets collectifs : une histoire des gendarmeries, puis des polices au cœur de l'État ; une histoire du processus menant à la gestion négociée de l'espace public, liant ordre, désordre et territoires spécifiques ; enfin, une histoire de la justice et de ses enjeux et pratiques, notamment durant et autour des guerres mondiales, face aux transitions et restaurations étatiques (épuration et répression des collaborations). Chacun de ces axes interroge la construction et le fonctionnement étatique, politique mais aussi social en Europe hier et aujourd’hui.

 

Je porte également une attention particulière à la question des sources de l'histoire des sécurités et aux méthodes permettant d'en renouveler les cadres. Ces recherches s'intègrent notamment au sein du projet MENEPOLHIS (Methodological Network on Police History) coopération U. Lille, UCLouvain, UGand).

Dernières actualités

Jonas Campion (dir.), Organiser, innover, agir. Réformer et adapter les polices en Belgique (18e – 21e siècles), Louvain-la-Neuve, PUL, 2017, 238 p.