Jean-Patrick Duchemin

Doctorant - Les dépôts monétaires en contextes funéraires entre Seine et Rhin, de la fin de l'âge du Fer au début du haut Moyen Âge
no image

Jean-Patrick Duchemin

Doctorant - Les dépôts monétaires en contextes funéraires entre Seine et Rhin, de la fin de l'âge du Fer au début du haut Moyen Âge

Responsabilités

Responsabilités administratives

Secrétaire du conseil d’administration du Centre Européen d’Études Numismatiques / European Center for Numismatic Studies (CEN, Bruxelles).

Le CEN – Centre Européen d’Études Numismatiques/ European Centre for Numismatic Studies est une ASBL basée à Bruxelles.  Le CEN édite depuis 1964 un bulletin  quadrimestriel "le Bulletin du Cercle d’Études Numismatiques". Les articles y sont principalement en français, mais on note aussi régulièrement des textes en anglais, en allemand ou en italien. À côté de simples notes figurent de nombreux articles parfois majeurs, publiés par de nombreux numismates, universitaires, conservateurs de collections publiques ou chercheurs de premier plan.

Le CEN publie aussi régulièrement des ouvrages dans ses séries de "Travaux du Cercle d’Études Numismatiques (TCEN)" et "Dossiers du Cercle d’Études Numismatiques (DCEN)". 

Organisation d’événements

Membre du comité d’organisation de la journée d’étude dédiée à l’archéonumismatique « La monnaie en contexte : dater la monnaie / dater le contexte »

Journée d'étude tenue à Lille, le 8 février 2019.

Organisée en collaboration avec Ludovic Trommenschlager (EPHE - Anhima) et Jean-Marc Doyen (Halma, université de Lille).

Avec le concours du laboratoire HALMA, UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MCC), de l'EPHE UMR 8210 ANHIMA et du CEN – European Centre for Numismatics Studies (Bruxelles)

Organisateur de la journée d’étude «Découvertes monétaires en contextes funéraires : nouvelles approches en archéologie des rites en Gaule du Nord »

Journée d'étude tenue à Lille, le 5 avril 2018. 

Avec le concours du laboratoire HALMA, UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MCC)

Coordinateur du colloque international « A coin for the dead. Coins for the living. Charon’s obol: the end of a Myth? »

Colloque international tenu à l’École italienne d’Athènes, du 23 au 25 novembre 2017.

 

Organisé en collaboration avec Jean-Marc Doyen (HALMA, UMR 8164  - Univ. Lille, CNRS, MCC) et Panagiotis Iossif (directeur adjoint de l'École belge d’Athènes et professeur de numismatique antique et médiévale à l'Université Radboud de Nimègue).

 

Avec le concours du laboratoire HALMA, UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MCC), de l'École belge d’Athènes et du CEN – European Centre for Numismatics Studies (Bruxelles)

Responsabilités éditoriales et scientifiques

Responsable de l'Axe 11. Numismatique et histoire du suburbium - PCR « Saint-Bertrand-de-Comminges / Valcabrère : entre ville et campagne »

Le Projet Collectif de Recherches sur Saint-Bertrand-de-Comminges / Valcabrère présente depuis l’origine deux volets fondamentaux portant respectivement sur l’étude de la périphérie orientale de Lugdunum Convenarum et sur l’évolution d’une nécropole de l’Antiquité tardive. Les spécificités propres à ces deux thématiques impliquaient de facto la prise en compte des données numismatiques selon deux grands axes de recherches, d’une part, l’étude des monnaies de fouille proprement dite et d’autre part l'étude spécifique des monnaies issues de contextes funéraires.

Depuis 2016, les monnaies récoltées sur les sites de Saint-Just et d’Herrane ont été systématiquement identifiées dans le but de fournir régulièrement des jalons pour l’élaboration de la chronologie. Dans un second temps, la prise en compte à la fois des états d’usure constatés sur les monnaies et de l’ensemble des données contextuelles (stratigraphiques et archéologiques) ont conduit à la mise en perspective de ces données numismatiques.

Ces données brutes sont pleinement intégrées à la constitution de la chronologie générale des occupations dans le cadre d’une démarche qui se veut archéo-numismatique. Elles permettent notamment d’envisager des « intervalles d’imprécision » (intervalle borné dans lequel une série d’événements a nécessairement pris place), via l’intégration des datations monétaires au diagramme stratigraphique. Les contraintes stratigraphiques des entités et l’intégration d’autres éléments de datation en temps quantifié (datations radiocarbone), permettent en retour de proposer, pour chaque phase, des bornes considérées comme certaines (basées sur les dates-planchers ou terminus post quem) mais aussi de faire des propositions de bornes considérées comme « estimées » (temps possible reposant sur les Dates Minimales de Perte (DMP) des monnaies). 

À terme, l’ensemble de ces éléments fournira le support d’une réflexion plus globale sur la circulation monétaire à l’échelle micro-locale, mais aussi sur les usages propres à un espace dévolu à des activités spécifiques.

Co-rédacteur de la Chronique Numismatique

Chronique publiée annuellement dans la Revue du Nord