Détail d'une actualité

Parution du volume 9 du Journal of Archæological Numismatics

Doyen, Jean-Marc, Duchemin, Jean-Patrick & Iossif, Panagiotis P., A coin for the dead. Coins for the living. Charon's obol the end of a myth. Proceedings of the International Conference held in Athens, 23-25 November 2017 (Journal of Archæological Numismatics 9).

Grâce aux nouvelles méthodes d’investigation, le domaine de l’archéologie funéraire s’est particulièrement développé ces dernières années. La finesse des fouilles, la précision de l’archivage des données contextuelles et (la multiplication) des études pluridisciplinaires ont abouti à la mise en place d’une véritable ‘archéologie du rituel’. Loin du seul ramassage de mobilier, auquel fut longtemps limitée la fouille de sépultures, la discipline prend désormais en compte deux autres données essentielles : l’anthropologie biologique et l’étude des phénomènes taphonomiques. Les objets déposés dans les tombes sont dès lors considérés comme des éléments constituant le dispositif au cœur duquel était placé le défunt : en d’autres termes, ils peuvent nous renseigner sur les gestes funéraires.

Si l’étude des rites et des gestes apparaît aujourd’hui comme un domaine innovant de l’archéologie, la prise en compte des données fournies par l’analyse des monnaies issues de contextes funéraires n’a encore pas suivi cet élan, alors même qu’il s’agit indubitablement d’un thème au cœur du renouveau de l’archéologie funéraire. Le geste de dépôt d’une ou plusieurs monnaies s’insère en effet dans des séquences rituelles complexes et variées qui visent à constituer la tombe.

Le colloque d’Athènes fut l’occasion de faire point nouveau sur cette pratique et sur les modalités d’intégration des données numismatiques au sein du discours propre à l’archéologie funéraire.

Construit autour de la question centrale des aspects matériels de la pratique, de leur place au sein des séquences rituelles, l’ambition de ce colloque était de présenter et confronter à la fois état des connaissances, méthodes et études de cas dans le bassin méditerranéen entre le Ve s. av. J.-C. et le XIIe s. apr. J.-C. Cette rencontre fut surtout l’occasion d’aborder des questions communes aux archéologues et aux numismates concernant les protocoles d’étude des monnaies en contexte funéraire.