Mes activités de recherches sont centrées sur les études cinétiques de la combustion et de l'inflammation de (bio)carburants.

A l'aide d'une Machine à Compression Rapide, on mesure les délais d'auto-inflammation et les concentrations des intermédiaires formés lors de l'auto-inflammation et de l'inflammation assistée par plasma de carburants, à haute pression.

Ces études expérimentales permettent la validation de modèles cinétiques complexes, capable de prédire la réactivité de ces carburants en conditions moteur.

Elles constituent un apport important à la description de la combustion dite de basses températures (T<700°C), laquelle est fortement liée au phénomène de cliquetis dans les moteurs à allumage commandé et à l'indice d'octane des carburants.

Cette chimie est responsable du phénomène de flamme froide.

En utilisant des décharges plasma nanoseconde, il est possible de provoquer la réactivité dans des conditions où elle n'aurait pas lieu spontanément, et d'obtenir des données expérimentales détaillées sur les mécanismes chimiques en jeu.

Ces travaux permettent de faciliter la mise en œuvre de nouveaux carburants, mais aussi de technologies moteur innovantes.

Nous étudions également ces flammes froides à l'aide d'un brûleur dédié à plan de stagnation. A l'aide d'ensemencement à l'ozone, nous stabilisons des flammes froides en régime permanent, afin de les étudier à l'aide de techniques optiques non intrusives (Fluorescence Induite par Laser, Chimiluminescence) ou par prélèvement et analyse (Spectrométrie de Masse, Chromatographie). Ces flammes, représentatives des mécanismes chimiques responsables de l'inflammation dans les conditions des technologies de combustion à basses émissions, permettent ainsi de décrire cette chimie avec exactitude.