Frederic Dumont

Maître de conférences - Géographe
CNU : SECTION 23 - GEOGRAPHIE PHYSIQUE, HUMAINE, ECONOMIQUE ET REGIONALE
UFR Géographie et Aménagement. Bureau n°209
frederic_dumont.jpg

Frederic Dumont

Maître de conférences - Géographe

Axes de recherche

Mes recherches s’inscrivent dans l’axe de recherche n°1 (« Mutations urbaines et développement des territoires : aménagement, mobilité, attractivité, frontière ») du Laboratoire Territoires, villes, environnement, sociétés (TVES). Elles sont centrées sur la relation population-développement, sur les inégalités, les injustices socio-spatiales et la recherche d’indicateurs permettant de les exprimer.  Le champ de ma recherche s’étend du constat et de la mesure des inégalités socio-spatiales aux projets de développement des territoires et d’amélioration des conditions de vie des populations.

Les inégalités sociales, qui sont souvent des processus cumulatifs, se traduisent dans l’espace. Il y a une projection sociale sur le sol de la richesse et de la pauvreté, des espaces (des) riches et des espaces (des) pauvres qui s’inscrivent dans des formes socio-spatiales que l’on peut révéler. Ces différentes formes, parfois très proches entre elles, marquent des discontinuités, des différences de niveaux que l’on peut parcourir, observer, décrire et cartographier. L’élaboration d’indicateurs pertinents et leur exploitation cartographique est conditionné par l’observation critique des systèmes d’information statistique. Une fois ces inégalités cernées et potentiellement qualifiées d’injustices, des tentatives de réparation peuvent passer par diverses formes d’actions sociales et territoriales, de l’action militante associative (dans le domaine de la scolarisation, de la culture, de la solidarité, …) aux politiques publiques dont les politiques de peuplement. Pour ces opérations il faut faire entrer les territoires et les populations dans des catégories qui souvent les contraignent et parfois stigmatisent et les enferment.

Ces préoccupations ont conditionné mon implication dans la participation et la coordination de programmes de recherche en Afrique de l’Ouest, au Brésil et en Guyane française.

Recherche en Afrique subsaharienne  (Mali, Sénégal) entre 1997 et 2002 avec participation au « Projet d’appui à la planification locale dans la région de Kayes (Mali) 1997-2002 ». Travail sur la population, la scolarisation et la santé dans une région parmi les plus pauvres du monde, zone de départ d’une émigration importante vers la France dans un contexte de décentralisation de l’Etat malien et de développement de la coopération décentralisée entre la région de Kayes et la région Nord-Pas-de-Calais, coopération  à laquelle le programme de recherche a participé. « Projet d’appui à la planification locale dans la région de Kayes (Mali) » à la demande du Conseil régional Nord – Pas-de-Calais. Responsable : Patrick Gonin. Chercheurs : Frédéric Dumont, Patrick Gonin, Richard Laganier, Jérôme Lombard). Expertise en quatre volets : Environnement et dégradation du paysage urbain à Kayes ; Population et santé dans la région ; Flux de biens et de personnes et système des transports dans la région, évolution politique et Décentralisation dans les communes.

Participation à l’ANR CHANCIRA (Changements environnementaux, circulation de biens et de personnes : de l’invasion de réservoirs à l’apparition d’anthropozoonoses. le cas du rat noir dans l’espace sénégalo-malien. Responsables : Pascal Handschumacher (IRD UMR 912 SESSTIM) et Jérôme Lombard (IRD, Prodig). 2011-2012. Participation à la tache 3 : « Dynamique des flux de biens et de personnes et construction multi-échelles d’une typologie des liens de l’international au local ». Collecte cartographique et statistique. Travail de recherche de données cartographiques, photographies aériennes, données sociales, démographiques et économiques sur le Sénégal oriental, régions de Tambacounda et Kédougou

 Travail de recherche au Brésil (Minas Gerais) entre 2012 et 2018.

 2012-2015 : Participation et responsabilités dans le Programme ARCUS Nord-Pas-de-calais- Minas Gerais (Actions de : Santé, Territoires - Dynamiques durables (Nord-Pas de Calais, Minas Gerais), financement : Ministère des Affaires étrangères, Région Nord-Pas de Calais, FAPEMIG (Minas Gerais). ARCUS comprenait un volet santé et un volet territoire. Le volet « territoires »  a mobilisé des recherches en lien avec les politiques publiques selon deux orientations, d’une part celle des territoires, les populations à risque et l’aménagement et d’autre part les territoires industriels et miniers en reconversion. Plus de  30 chercheurs français et brésiliens). Coordination de l’axe Territoires : D. Duprez puis P. Bosredon. P. Bosredon et F. Dumont co-responsables scientifiques de l’axe « Territoires – populations à risque et aménagement». Animation de la recherche, organisation de la mobilité des chercheurs et des étudiants, organisation de séminaires, colloques (participation Colloque Diamantina, co-responsable de  l’organisation  colloque Franco-Brésilien avril Lille 2013, participation et membre du comité d’organisation et comité scientifique colloque Atilio Lille 2015 -, corédacteur du rapport du rapport final. Travail de recherche sur les indicateurs de développement humain et leur spatialisation (Dumont F., Schmitt G., Antonio Braz de Oliveira e Silva A. et Diniz A., 2017) et co-direction d’un numéro double spécial « Populations et territoires du Brésil" Espace Populations Sociétés  (Dumont F., Fleury MF, Fusco W., Turra C. M., 2015).

2015-2018 : Montage et codirection  générale et scientifique (Bosredon P., Dumont F., Diniz A.) du projet « Richesses en partage entre le Nord-Pas-de-Calais et le Minas Gerais (Brésil) ».

Le programme a reposé sur un travail de recherche commun entre des équipes universitaires françaises et brésiliennes et sur une approche territoriale croisée et comparative. Ce travail a été coopératif dans son essence, mais également dans ses objectifs, il visait à favoriser l’échange des richesses entre les deux territoires. Le projet se voulait aussi un outil de développement territorial, en précisant les disparités régionales de la richesse et en alimentant la réflexion et les débats des politiques publiques en matière développement humain, de réduction des inégalités et d’aménagement des territoires. Ce projet de recherche avait pour ambition d’étudier à la fois les richesses des deux régions et certaines expériences de distribution de ces richesses. Pour cela il a interrogé la notion même de richesse et ses multiples dimensions (sociales, démographiques, économiques, culturelles, paysagères…), sa mesure (indicateurs – leur choix et leur processus de construction) et ses représentations spatiales à différentes échelles, en comparant les approches brésiliennes et françaises. L’analyse de l’accès différencié à ces richesses, aux ressources et services qu’offrent les territoires, de leur appropriation par différents moyens et des obstacles au partage ont donné lieu à une cartographie des discontinuités et des disparités ainsi qu’à une mesure des inégalités socio-spatiales. L’observation de certaines expériences « redistributives » dans les deux territoires (systèmes associatifs, participatifs, coopératifs, sociaux, solidaires…) ont permis de mieux comprendre les outils du partage des richesses.

Les chercheurs liés à ce projet provenaient de diverses disciplines des sciences humaines et sociales : géographes, sociologues, urbanistes, architectes, aménageurs, économiste, psychologues. Ils ont porté des regards complémentaires sur la richesse analysée de l’échelle locale (parfois la micro-échelle, centrée sur des quartiers) à l’échelle métropolitaine et à l’échelle régionale/nationale. Ces échelles et leurs problèmes spécifiques, tout comme les différents points de vue disciplinaires, ont permis la compréhension et la comparaison des terrains d’étude retenus.

Des analyses spécifiques à chaque axe thématique ont été menées, et leurs résultats combinés offrent un bon panorama des formes de richesse et de partage dans le Minas Gerais et dans le Nord-Pas de Calais. Le projet a été structuré en six axes de recherche coordonnés par des binômes de chercheurs franco-brésiliens et des équipes de travail également binationales : Axe 1 : Richesses humaines et sociales ; Axe 2 : Lieux d’enrichissement culturel ; Axe 3 : Richesses de l’économie de la connaissance ; Axes 4 : Richesses et innovations économiques et sociales ; Axe 5 : Richesses des territoires industriels et miniers et Axe 6 : Richesses naturelles, diversités naturelles et diversités sociales.

 2018-2019 : Travail de recherche en Guyane et au Brésil. Participation à l’ANR INDIGEO. Le projet INDIGEO est financé dans le cadre du programme Accueil de Chercheurs de Haut Niveau (ACHN) de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour la période 2016-2020. La recherche est centrée sur les géographies autochtones : origines, développements et perspectives dans le monde francophone. Le projet s'articule sur une réflexion de fond autour des implications géographiques de l'autochtonie et des modalités de constitution d'un champ de recherche sur la question territoriale autochtone en géographie.  Responsable scientifique : Bastien Sepulveda, Université de Lille. Chercheurs : Frédéric Dumont, Éric Glon (TVES, ULille). Missions en Guyane française et Amapa (Brésil).   Montage d’un numéro spécial de la revue Espace Populations Sociétés n° 2020-1 « Identification, visibilité et reconnaissance des populations autochtones : quels enjeux géographiques ? » (F.  Dumont, E. Glon et B. Sepúlveda)